mercredi 20 mai 2015

"Ce qui nous arrive en musique"

Encore un petit plaisir... merci France Culture! Podcast en réécoute (clic) ou à lire ci-dessous

Ce qui nous arrive en musique

par Matthieu Conquet  Le site de l'émission
Emission Ce qui nous arrive en musique du lundi au vendredi de 8h49 à 8h54 Durée moyenne : 5 minutes

5 minutes

Lalala Napoli : Bal napolitain d’hier et d’aujourd’hui

Écouter l'émission08.05.2015 - 08:49



© La Curieuse
"Je me suis réveillé avec la mélancolie, « malincunia » en napolitain : texte de François Castiello et musique du clarinettiste Pierre Lordet, un air tout contemporain même s’il est habité d’un fond beaucoup plus ancien. Vous êtes au cœur de Lalala Napoli, projet qui emprunte et réinvente la musique napolitaine et ses tarentelles, une Naples fantasmée par François Castiello, chanteur accordéoniste, que certains connaissent déjà au sein du groupe Bratsch (plutôt identifié du côté des musiques tziganes et de méditerranée). Le répertoire ici emprunte directement aux classiques de la chanson napolitaine, des hymnes de Vincenzo Russo ou de Renato Carosone, star des années 50, auteur du célèbre « Tu vuo fa’ l’americano », ou encore de « Mazurella » ici reprise. Une histoire à laquelle s’ajoute différentes influences, y compris orientales : Mare nostrum étendue à en juger par « Balatella » (composition de F. Castiello).

Album conçu comme un bal napolitain, titré « Amore sole libertà » amour soleil liberté. Le son Lalala Napoli  ce sont deux  accordéons, flûte et violon, contrebasse, batterie et guitare électrique (l’orthodoxie n’est pas de mise ici) mais surtout la voix de François Castiello qui reprend ici un classique de Salvatore Gambardella (un des pères de la chanson napolitaine, disparu en 1913, admiré de Puccini même qui lui avait offert un piano) le classique le voici : « Come Tha Fatto Mammetta » comment ta mère t’a-t-elle faite ? Un bal aux couleurs en gloire, azur et rouge vibrant sur la pochette du disque et dans les illustrations conçues par Yannis Frier, (graphiste mais lui aussi guitariste) qui dessine ici un paon flamboyant au sommet du Vésuve. Au verso deux Polichinelles avancent seuls sur des barques de fortune, commedia dell’arte moins grinçante que la réalité... On se quitte avec « Nomadella », la nomade, et le bal napolitain se poursuit à la fois médiéval et éternel.

extraits diffusés :
Malincunia (P.Lordet – F. Castiello)
Balatella (F. Castiello)
Come Tha Fatto Mammetta (S.Gambardella)
Nomadella (F. Castiello)
disque : Lalala Napoli – Amore sole libertà (La Curieuse)
concerts :  24 mai à Vernoux / 6 juin La Motte St Martin /  le 21 à Nyons (Drôme)... tournée jusqu'au mois d'août

Enregistrer un commentaire